Let’s re-establish the facts about bilingualism in New Brunswick: Acadian writers

Written by Groupe de signataires on November 6, 2012

timesVersion française ci-dessous

Over the last year, and especially over the last few months, a number of editorials have been published in the Times & Transcript and the Telegraph Journal on the topics of health, education, bilingualism and duality.  In most of these cases, the arguments used were either misinterpretations of facts or simply wrong and they have contributed to stoking the flames of discontent, thereby creating unnecessary division and increased tensions between communities.  

More recently, some editorialists and opponents of bilingualism have been quick to point to duality in education and health as being the main culprit for the province’s unfavourable fiscal situation and the large debt of 10 billion dollars accumulated over a number of years by successive governments. They should know that provinces such as Nova Scotia and Ontario are not officially bilingual and yet face fiscal situations that are every bit as bad if not worse than ours.

Let’s look at some facts. The New Brunswick francophone population represents about 33% of the total population. Our linguistic rights and access to our own educational and cultural institutions have been guaranteed in the Canadian Constitution.  Over the years, NB Acadians and Francophones have governed their own school system in order to develop a curriculum that would better represent their culture and values.  Some would turn back the clock and return to bilingual schools even though it has been widely proven that bilingual schools are tools of assimilation.  The cost arguments used by these same opponents don’t stand up to scrutiny.  Even if every New Brunswick school offered English only education, the savings would be minimal.  By using the same number of students per teacher and the same school sizes, we would still need the same number of teachers and approximately the same number of schools.  School buses would still have to transport students to and from schools; so not much saving there.  The same applies in health. Minimal savings would be realized even if all services were delivered in English.  By applying the Canadian average for doctors/per 1000 population, hospital beds or specialized services, savings would be negligible.

The duplication of services that anti-bilingualism proponents say is costing too much money is in fact a reality; a reality that exists mostly in the Horizon Health Network. Yes, this type of duplication of services costs all taxpayers, Angophones and Francophones, more money.   We know that this issue has spurred considerable discussion and even some dissention between and within both linguistic communities. We also recognize that some of Horizon’s health institutions have made efforts to better serve Francophones in their own language, but a real imbalance still exists in this regard.   We believe that in order to balance the availability of tertiary services, newly introduced services should be made available within the Vitality Health Network and we are certain that serving all New Brunswickers in the official language of their choice need not cost more.

We are tired of seeing Acadians and Francophones being used as scapegoats each time the fiscal situation of the province deteriorates.  It is also very frustrating to see that editorials and some prominent members of the Anglophone community so blatantly misrepresent the aspirations of the francophone community and its desire for equal rights.  This serves only to foster hatred and division, and we don’t believe they represent the views of the large majority of Anglophones in New Brunswick or those of the owners of these newspapers.  The cumulative effect has been to confuse the Anglophone readers as to the real aspirations of Acadians and Francophones in NB and to portray us as being unwilling to engage with the Anglophone majority and compromise in the interest of all of us. That is just not true.  Dialogue and compromise are at the core of the Acadian value-system and they have allowed us to survive against all odds.

Arguments that bilingualism is costly leave the impression that the Acadians and Francophones in this province don’t pay taxes, don’t contribute to our economic development and don’t pay their fair share. The reality is that

Acadians and Francophones are part of the richness of New Brunswick and will continue to participate and contribute to the development of this beautiful province.

As business people, we have to look at both sides of a financial statement.  Those opposing bilingualism often look only at the cost.  Let’s look at the other side: the advantages yielded by what we consider to be investments in the fundamental identity of the province.

A large part of the economic development strategy of this province has been built around the fact that our province boasts a bilingual population.  Time and time again, we have heard Premiers, ministers, and industrial development agencies make presentations around the country and around the world about the advantage of relocating to New Brunswick, because we could serve them in both official languages.  And jobs did come, more than 7,000 of them in call centres, medium to high paying jobs that have created several billion dollars of wages over the last 20 years and many millions of dollars of new government revenues to help pay for the public services we all use.

We could point as well to the communications industry, the language and translation industry, the art sector, the creation of companies by the graduates of the Université de Moncton and the francophone community college?  A large portion of our tourists come from our neighbouring province of Québec; millions are spent each year because they come to see our Acadian artists, our festivals and savour our seafood. In every sector of the economy, francophones and Anglophones work and invest side by side to create a more prosperous province.

We are all proud New Brunswickers.  We have lived in relative harmony over the last 20 years.  We have contributed economically, socially and culturally to the development of this province and our tax dollars are worth as much as anyone else’s tax dollars.

The time has come for those of us who believe in justice, fairness and equality to stand up and be counted. The future of this province depends on it.   New Brunswick deserves better. We have come a long way and we have a long and tough road yet to travel, but we can only achieve the goals we hold dear in a spirit of mutual respect, honesty and cooperation. We will all be much better off if we focus on what unites us rather than what divides us.

Rétablissons les faits sur le bilinguisme au Nouveau-Brunswick

Au cours de la dernière année, et plus particulièrement depuis quelques mois, un certain nombre d’éditoriaux ont été publiés dans le Times & Transcript et le Telegraph Journal au sujet de la santé, de l’éducation, du bilinguisme et de la dualité. Dans la plupart des cas, les arguments utilisés s’appuyaient sur de mauvaises interprétations des faits ou ils étaient tout simplement faux et ils ont contribué à attiser les flammes du mécontentement, créant ainsi des divisions inutiles et des tensions accrues entre les collectivités.

Plus récemment, certains éditorialistes et opposants au bilinguisme ont été prompts à faire de la dualité en éducation et en santé la principale coupable de la situation financière défavorable de la province et de l’importante dette de 10 milliards de dollars accumulée au fil des ans par les gouvernements qui se sont succédé. Ils savent très bien que la Nouvelle-Écosse et l’Ontario ne sont pas officiellement bilingues et pourtant leur situation fiscale est tout aussi mauvaise sinon pire que la nôtre.

Examinons certains faits. Les francophones du Nouveau-Brunswick représentent environ 33 % de la population totale. Nos droits linguistiques et l’accès à nos propres institutions éducatives et culturelles sont garantis par la Constitution canadienne. Au fil des ans, les Acadiens et francophones du Nouveau-Brunswick ont dirigé leur propre réseau d’écoles afin de concevoir un programme qui représente mieux leur culture et leurs valeurs. Certaines personnes suggèrent que nous fassions marche arrière et que nous revenions aux écoles bilingues, même s’il a été largement démontré que les écoles bilingues sont des outils d’assimilation. Les arguments fondés sur les coûts, que certains opposants utilisent, ne résistent pas à l’analyse. Même si chaque école du Nouveau-Brunswick n’offrait qu’une instruction en anglais seulement, les économies seraient minimales. En supposant que le nombre d’élèves par enseignant et la taille des écoles demeureraient les mêmes, nous aurions quand même besoin du même nombre d’enseignants et d’environ le même nombre d’écoles. Les autobus scolaires devraient quand même transporter les étudiants à destination et en provenance de l’école; il n’y aurait donc pas vraiment d’économies à ce chapitre. Le même raisonnement vaut pour la santé. On ne réaliserait que des économies minimes, même si tous les services étaient offerts en anglais. En s’appuyant sur la moyenne canadienne du nombre de médecins pour 1 000 habitants, de lits d’hôpitaux ou de services spécialisés, les économies seraient négligeables.

Le dédoublement des services que les adeptes de l’anti-bilinguisme considèrent comme étant trop coûteuse est, en fait, une réalité, une réalité qui existe principalement dans le Réseau Horizon. Oui, ce genre de chevauchement de services coûte plus cher à tous les contribuables, anglophones et francophones. Nous sommes conscients que la question de répartition des services en santé suscite énormément de discussions et même de dissensions au sein des différentes collectivités. Nous reconnaissons aussi que certains établissements de santé anglophones mettent des efforts à mieux servir les francophones dans leur langue, mais il y a un réel et important déséquilibre entre les services offerts dans les deux langues. Nous pensons que pour équilibrer la disponibilité des services tertiaires, tout nouveau service devrait être offert par le Réseau de santé Vitalité. Et nous sommes convaincus que le fait de servir tous les Néo-Brunswickois dans la langue officielle de leur choix n’a pas à coûter plus cher.

Nous sommes fatigués que l’on se serve des Acadiens et francophones comme de boucs émissaires chaque fois que la situation financière de la province se détériore. Il est également très frustrant de constater que les éditoriaux, ainsi que des membres éminents de la collectivité anglophone puissent d’une manière aussi éhontée déformer les aspirations de la collectivité francophone et son désir de pouvoir jouir des mêmes droits que les anglophones. De telles affirmations n’engendreront que de la haine et de la division, et nous ne pensons pas qu’ils représentent les points de vue de la vaste majorité des anglophones du Nouveau-Brunswick ou des propriétaires de ces journaux. Les malheureux propos ont eu pour effet cumulatif de jeter la confusion chez les lecteurs anglophones au sujet des aspirations réelles des Acadiens et francophones du Nouveau-Brunswick et de nous dépeindre comme des gens qui refusent de discuter avec la majorité anglophone et de faire des compromis dans l’intérêt de tous. Cela est tout simplement faux. Le dialogue et les compromis sont au cœur de l’échelle de valeurs des Acadiens et francophones; c’est ce qui nous a permis de subsister contre vents et marées.

Les arguments selon lesquels le bilinguisme coûte cher donnent l’impression que les Acadiens et francophones de cette province ne paient pas d’impôt, ne contribuent pas au développement économique et ne payent pas leur juste part. La réalité c’est que les Acadiens et francophones font partie de la richesse du Nouveau-Brunswick et que nous allons continuer à participer et à contribuer au développement de cette magnifique province.

En tant que gens d’affaires, lorsque nous étudions des états financiers, nous devons examiner les deux colonnes de chiffres. Les opposants au bilinguisme ne regardent souvent que les coûts. Examinons l’autre côté de la médaille : les avantages qui découlent de ce que nous considérons comme des investissements dans l’identité essentielle de notre province.

Une part importante de la stratégie de développement économique du Nouveau-Brunswick repose sur le fait que notre province est fière de sa population bilingue. Nous avons entendu, à maintes reprises, des premiers ministres, des ministres et des agences de développement industriel faire des présentations un peu partout au pays et dans le monde, dans lesquelles ils vantaient les avantages pour les entreprises de délocaliser leurs activités au Nouveau-Brunswick, parce que nous pouvons les servir dans les deux langues officielles… Et les emplois sont effectivement venus, plus de 7 000 dans les centres d’appel, des emplois qui versent des salaires de niveau moyen à élevé, qui ont engendré plusieurs milliards de dollars en rémunération au cours des 20 dernières années et, pour le gouvernement, plusieurs millions de dollars de nouvelles recettes qui l’aident à financer les services publics que nous utilisons tous.

Nous pourrions aussi parler de l’industrie des communications, de celle des langues et de la traduction, du secteur des arts, et des entreprises que créent les diplômés de l’Université de Moncton et du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick. Une grande proportion de nos touristes provient de la province voisine du Québec; ils dépensent des millions chaque année pour venir voir nos artistes acadiens et francophones, participer à nos festivals et déguster nos fruits de mer. Dans tous les secteurs de l’économie, les francophones et les anglophones travaillent et investissent côte à côte pour rendre notre province plus prospère.

Nous sommes de fiers Néo-Brunswickois. Nous vivons dans une relative harmonie depuis 20 ans. Nous avons contribué, sur les plans économique, social et culturel, au développement de cette province, et l’argent de nos impôts a autant de valeur que les dollars versés par les autres contribuables.

Le temps est arrivé pour que ceux et celles d’entre nous qui croient en la justice et l’égalité de se tenir debout. L’avenir de cette province en dépend. Le Nouveau-Brunswick mérite mieux que cela. Nous avons parcouru beaucoup de chemin, et il reste encore énormément à faire, mais c’est en étant animés d’un esprit de respect mutuel, d’honnêteté et de coopération que nous pourrons atteindre les objectifs qui nous tiennent à cœur. Nous nous en sortirons mieux si nous misons sur ce qui nous unis plutôt que sur ce qui nous divise.

1.Adrienne Michaud
2.Aldéa Landry
3.Alexis Couture
4.Anatole Godin
5.Anika Lirette
6.Anne Hébert, CÉNB
7.Armand Caron, président – CCNB
8.Auréa Cormier
9.Bernard Cyr
10.Bernard Imbeault
11.Bernard Richard
12.Bernard Thériault
13.Bernice Butler, V.-p. Société culturelle Kent-sud
14.Bertin Haché
15.Bill Ferguson
16.Bruno Godin
17.Carmel St-Amand, maire de St. Léonard
18.Carmen Gibbs, directrice générale, AAAPNB
19.Carol Doucet
20.Cécile Chevrier, Phare-Est Média
21.Claude Michaud
22.Clem Tremblay, maire de Dalhousie
23.Clorice Doiron
24.Cyrille Simard, maire d’Edmundston
25.Cyrille Sippley
26.Denis Losier
27.Denise LeBlanc
28.Diane Deschênes, présidente, Maison de la culture à Shippagan
29.Dr Daniel Boucher
30.Dr Louis Thériault
31.Dre Elaine Deschênes
32.Dre Nicole LeBlanc
33.Dre Véronique LeBlanc
34.Eric Larocque
35.Eric-Mathieu Doucet
36.Ernest Thibodeau
37.Ernest Thibodeau
38.Euclide Chiasson
39.Fernand Arsenault
40.Frédérick Dion,  AFMNB
41.Gastien Godin
42.Georges Bourdage
43.Georges Haché
44.Georges Marcoux
45.Germain Blanchard
46.Ghislaine Arsenault
47.Ghislaine Foulem
48.Gilbert Doucet
49.Gilbert Finn
50.Gilles LeBlanc
51.Gilles Vienneau
52.Ginette Duguay
53.Hermel Vienneau
54.Herménégilde Chiasson
55.Huberte Gautreau
56.Huguette Desjardins
57.Jacques LeBlanc, maire de Shédiac
58.Jean LeBlanc
59.Jean-Claude Savoie
60.Dr Jean-François Baril
61.Jean-Guy Vienneau
62.Jean-Luc Bélanger, AFANB
63.Jean-Marc Brideau
64.Jean-Marie Nadeau
65.Jean-Paul Savoie
66.Jeanne d’Arc Gaudet
67.Dre Jocelyne Hébert
68.Jocelyne Roy-Vienneau
69.Joëlle Martin, FÉÉCUM
70.Léon Richard
71.Léopold Thériault
72.Liane Roy
73.Linda LeBlanc
74.Lise Dubois, CAFNB
75.Lori-Ann Cyr, présidente CÉNB
76.Lorio Roy
77.Louise Lemieux, présidente, AAAPNB
78.Luc Desjardins, maire de Petit-Rocher
79.Marc Chouinard
80.Marena McLaughlin
81.Marie-Thérèse Landry
82.Marie-Thérèse Séguin
83.Martin Latulippe
84.Maurice Rainville
85.Michel Cardin
86.Michel Côté
87.Michel Desjardins
88.Monique Imbeault
89.Mylène Ouellet-LeBlanc
90.Natacha Hébert
91.Nicole M. Levesque, Société culturelle Les Chutes de Grand-Sault
92.O’Neil Robichaud
93.Patrick Albert
94.Patrick Clarke
95.Philippe DesRosiers
96.Pierre Fournier
97.Pierre Godin
98.Pierrette Ringuette
99.Raymond Lanteigne
100.Réjean Mallet
101.Rémi Frenette
102.René Haché
103.René Légère
104.Richard Losier
105.Roger Doiron
106.Roger Doiron, AFMNB
107.Roger Doiron, maire de Richibucto
108.Roger Martin, AFANB
109.Roland Bryar
110.Ronald Losier
111.Simone LeBlanc-Ranville
112.Sonia Roy
113.Stéphanie Chouinard
114.Vicky Caron
115.Yvon Fontaine
116.Yvon Lapierre, maire de Dieppe
117.Yvon Poitras

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.